Destruction d’un manuscrit

salon marginalité.JPG

Destruction d’un manuscrit est une performance participative réalisée en 2008-2009 avec le collectif VX (composé de René Lapierre, Renée Gagnon, Jean-Sébastien Huot, Jonathan Lamy, Hector Ruiz, Laurance Ouellet Tremblay et Stéphanie Leduc). Elle a été présentée sous forme d’installation ou de vidéo lors de différents événements, dont Art souterrain (Nuit blanche du Festival Montréal en lumières 2009) et Salon de la marginalité (Les filles électriques, Montréal, février 2011). Le projet visait à faire dévier le processus de création poétique pour que différents lecteurs et lectrices « détruisent » ou transforment radicalement un manuscrit, constitué d’environ 60 pages de poèmes inédits. La lecture devient ainsi une performance, et le manuscrit, la trace de cette action.

 

– Jean-Sébastien Huot a tiré deux coups de carabine à plomb dans le manuscrit.

HPIM3903.jpg  HPIM3914.jpg

 

– Renée Gagnon a transféré l’encre des textes sur un mur de son appartement avant de le repeindre. Elle a également fait un enregistrement audio.

HPIM2470.JPG  HPIM2481.JPG renée 4.JPG  HPIM2557.JPG

 

– René Lapierre a laissé les pages dans un arbre à la fin de l’hiver. Il a pris des photos et tenu un journal.

IMG_5048.JPG  IMG_5052.JPG  IMG_5113.JPG  IMG_5087.JPG

 

– Hector Ruiz a passé le manuscrit au barbecue tout en tentant de le lire a voix haute. Cela a été filmé.

HPIM3906.jpg   HPIM3907.jpg

 

– Laurance Ouellet Tremblay l’a mangé durant un voyage en Europe. Elle a tenu un « journal d’ingestion » bouleversant.

 

– Stéphanie Leduc en a fait de petits bateaux qui ont vogué sur un lac au petit matin. Elle a pris de magnifiques photos.

steph 1.jpg  steph 2.JPG  steph 3.jpg  steph 4.JPG

 

– Pour ma part, j’en ai fait des photocopies volontairement illisibles, j’ai laissé ma fille (alors âgée d’un an et demi) intervenir dans un version Word du manuscrit et j’ai invité les gens à planter un clou dedans (lors d’Art souterrain 2009).

nuit blanche 1.JPG  nuit blanche 2.JPG

 

– Enfin, avec mon fils, qui avait 9 ans à l’époque, nous l’avons transformé en ballon de soccer et nous avons fait une partie lors d’une lecture « La poésie prend les parcs ».

HPIM3910.jpg  HPIM2587.JPG

 

Voir aussi les performances de papier, la poésie extrême proximité et Bobos bisous.

Advertisements